Contenu réservé aux abonnés

Grosse installation de traite« La traite traditionnelle nous permet de rester au contact de notre troupeau »

Le manège rotatif de marque GEA, installé au bout du bâtiment d’élevage, accueille 32 vaches en traite par l’arrière.
Le manège rotatif de marque GEA, installé au bout du bâtiment d’élevage, accueille 32 vaches en traite par l’arrière. (©H.E.)

Lors de la construction du bâtiment réservé à la production laitière en 2009, les associés du Gaec familial Girard-Clerc ont fait le choix d’un équipement de traite de type manège rotatif. Cette solution offre un rendement moyen de 130 vaches à l’heure et permet aux éleveurs d’assurer la traite des 210 montbéliardes en moins de deux heures.

« Les deux traites quotidiennes nous permettent de conserver un contact permanent avec nos vaches laitières. Nous profitons de leur passage dans le manège rotatif pour surveiller leur état, leur production et intervenir rapidement en cas d’infection », explique jean-Baptiste Girard, l’un des six associés du Gaec Girard-Clerc.
Jean-Baptiste Girard et ses associés ont préféré conserver une traite mécanisée en investissant dans un manège plutôt que d'opter pour trois robots.

Située à Bay, dans la Haute-Saône, cette exploitation en polyculture-élevage d’une surface agricole utile (SAU) de 500 ha produit environ deux millions de litres de lait industriel avec un troupeau de 210 montbéliardes. Plus de la moitié de la surface est réservée aux prairies pour la récolte des fourrages secs ou humides, et au maïs ensilage. Les autres parcelles servent à produire des céréales, commercialisées ou autoconsommées. Pour l’atelier lait, le Gaec Girard-Clerc utilise un manège de 32 postes en traite extérieure de marque GEA. Ce dernier a une cadence théorique maximale de 192 vaches à l'heure en six révolutions. Dans la réalité, et quand les conditions sont idéales, les agriculteurs arrivent à passer 150 vaches en une heure. Mais, en moyenne, la cadence horaire avoisine les 130 vaches. Le matin, la traite débute à cinq heures. Les vaches quittent la stabulation aux logettes via les aires d’exercice sur caillebotis et se dirigent vers la large aire d'attente pour la traite. Un chien mécanique suspendu à un rail assure la bonne avancée des laitières vers le manège.

« Il nous faut deux heures pour assurer la traite, à deux personnes, incluant le passage du nettoyeur haute pression. Le soir, nous commençons vers 16 h 45, à trois personnes, ce qui nous permet de terminer avant 18 h 30. »
Après chaque traite, les éleveurs passent le nettoyeur haute pression pendant 20 minutes afin de maintenir les sols et la salle de traite propres.

Une réflexion à long terme

944

Vous avez lu 33% de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou testez gratuitement l'offre numérique complète du site Matériel Agricole pendant 2 mois*

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Pulvérisation

«Avec le système de buses à impulsion PWM, je conserve une pression constante»

Journées certifiées terrain Innov-Agri

Innov-Agri : Les leviers pour limiter la compaction

Techno

Une pompe à pistons membranes, c'est quoi ?

Mécanicien itinérant

Un sauveur pour vos gros travaux

Grosse installation de traite

« Une salle de traite pour garder l'esprit tranquille »

Gestion

Traiter l'eau à la ferme pour être autonome

Dossier - Semis en ligne

"Un semoir de grande largeur nous permet de retarder les semis"