Contenu réservé aux abonnés

Ferme de la corn-belt A la découverte d'une ferme typique des USA

De gauche à droite, les trois frères Kent, Ryan et Kyle prennent la pose avec leur père, Richard Kohlhagen, devant l'un des trois Magnum équipés d'un jumelage de type row-crop pour les semis de maïs.
De gauche à droite, les trois frères Kent, Ryan et Kyle prennent la pose avec leur père, Richard Kohlhagen, devant l'un des trois Magnum équipés d'un jumelage de type row-crop pour les semis de maïs. (©Henri Etignard)

Les trois frères Kohlhagen et leur père, installés au nord de l’Indiana, sous les grands lacs américains, exploitent 4 000 acres (1 600 ha) de céréales. Ils produisent principalement du maïs grain et du soja génétiquement modifiés. Les faibles marges les incitent à investir dans du matériel de pointe, qu’ils renouvellent régulièrement. La cartographie et la modulation des doses de semis et d’engrais leur permettent d'optimiser leurs productions tout en maîtrisant les charges opérationnelles.

Vous avez sûrement entendu parler de la Corn Belt, ou « ceinture de maïs » ? Cette région, formant un croissant sous les grands lacs, au nord des États-Unis, fournirait, selon certains Américains, la moitié de la production en maïs grain du pays. Lors de notre voyage dans le Midwest, au printemps dernier, pour découvrir les nouveaux Case IH Magnum, nous avons fait escale, le temps d’une matinée, sur la ferme familiale des Kohlhagen, dans l’Indiana. Celle-ci est gérée par les trois frères Kent, Ryan et Kyle, ainsi que par leur père, Richard. Ils produisent 3 000 acres de maïs grains OGM (1 200 ha) et 1 000 acres (400 ha) de soja OGM. Les 500 acres restantes sont consacrées à des prairies pour la récolte de foin et de regain commercialisés aux ranchs privés du coin. L’exploitation travaille principalement avec le même concessionnaire, sous la marque Case IH. Malgré des machines équipées des dernières technologies, l’année 2019 s’est annoncée particulièrement stressante pour les farmers de la Corn Belt, avec un printemps historiquement très pluvieux. « En cette fin de mois de mai, nous devrions avoir terminé les semis depuis longtemps, explique Richard, le patriarche. Mais cette année, avec les fortes pluies à répétition de ces derniers mois, les terres sont immergées, parfois sous une dizaine de centimètres d’eau, nous empêchant de semer. »

L’automoteur de pulvérisation Case IH Patriot dispose d’une cuve en inox de 1 000 gallons (3 785 L) et d’une rampe de 36 m.
Le plus gros tracteur de l’exploitation, un Case IH Steiger 485, tracte un cover-crop de 8 m contribuant au problème de dilution des canes à maïs OGM.

Optimiser les moyens de production

1131

Vous avez lu 24% de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou testez gratuitement l'offre numérique complète du site Matériel Agricole pendant 2 mois*

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Export de céréales

Sénalia, jusqu'à 3 000 t de céréales chargés par heure

Magazine

Matériel Agricole n°267, il "arrive"

Publi-rédactionnel
Clôture électrique

Les électrificateurs Patura gagnent en performance

Semis et travail du sol

Horsch reconstruit son réseau belge

Tracteur

John Deere 6M : la variation continue sur l'accoudoir

Transport

Une benne TP Krampe plus résistante

Moissonneuse-batteuse

Vidéo : nouvelle Claas Lexion 2020 !

Immatriculations

Équipements d'élevage : les volumes immatriculés en 2019